Association française des utilisateurs de télécommunications

fin du telephone fixe : un bénéfice et beaucoup d'inquiétudes

8 points de vigilance et 1 bénéfice attendu

Orange (ex France Telecom) annonce la fin du téléphone fixe conventionnel (sur réseau commuté dit RTC) pour la 15 novembre prochain.

Point essentiel à retenir : il s’agit de la fin de la commercialisation et non la fermeture du service pour les près de 9 millions de lignes d’abonnés déjà raccordées.

Ce que vous devez également savoir :

> Les risques potentiels :

1) la plus grosse inquiétude concerne les ventes forcées et abus de faiblesse auprès de personnes isolées fragiles ou âgées qui constituent un contingent important des abonnés au téléphone fixe actuellement. Des démarcheurs peu scrupuleux pourraient faire croire à la fermeture du service (ce qui n’est pas la cas rappelons-le) pour faire peur à leurs interlocuteurs et opérer le basculement de la ligne sur un autre service téléphonique, totalement à l’insu de l’abonné, ou sans son consentement explicite. Soyez vigilants et réagissez vite si vous avez un doute, en prenant contact avec votre opérateur (Orange pour la plupart des lignes conventionnelles).

2) L’usage du service téléphonique doit rester aussi simple qu’aujourd’hui. L’ajout d’un Box entre la ligne et le téléphone doit être aussi transparent que possible aux yeux de l’utilisateur.

3) le tarif de l’abonnement de base doit rester au prix actuel de 17€96 TTC. Au vu des tarifs pratiqués actuellement par tous les opérateurs sur le marché ADSL ou fibre (donc sur Box) au-delà de la première année promotionnelle, (premier prix à 29,99 € chez Orange par exemple) on peut être légitimement inquiet. Dans le cas  contraire il y aurait une situation de discrimination par rapport aux abonnés actuels qui en toute logique doivent pouvoir conserver les modalités techniques mais aussi commerciales en cours jusqu’à fermeture du service d’ici 4 à 5 ans.

4) Une offre « au compteur » permettant de ne payer que les communications consommées doit être maintenue, afin de satisfaire les petits consommateurs.

5) l’offre résidence secondaire permettant de suspendre et réactiver l’abonnement selon besoin doit être maintenue.

6) il faut s’assurer que l’ensemble des services actuellement supportés par les lignes fixes conventionnelles hors téléphonie (téléalarmes, télécommandes…), pour les résidentiels et pour les entreprises, sont correctement transposables sur ligne numérique de type IP (la nouvelle offre de raccordement).

7) L’entretien correct des équipements du service sur réseau commuté (RTC) pour les abonnés déjà raccordés doit être maintenu au niveau d’exigence du service universel, aussi longtemps que le service sous cette forme ne sera pas fermé.

8) le maintien en fonctionnement du téléphone ordinaire en cas de coupure de courant est un des avantages du réseau téléphonie fixe classique. Il faudra que des réflexions soient menées pour que des solutions économiques soient proposées à ceux qui souhaitent se prémunir des pannes électriques, à titre privé ou en entreprise.

> Le bénéfice attendu :

A partir du 15 novembre, toute personne faisant la demande d’une ligne téléphonique pour son habitation principale, quelle que soit sa localisation sur le territoire français, se verra proposer un raccordement IP (sous protocole internet) sur support cuivre (ADSL), fibre optique, ou dans certains lieux particulièrement isolés par satellite. Compte tenu du potentiel de transmission de ces nouvelles technologies, l'AFUTT souhaite voir évoluer très rapidement le périmètre du service universel en matière d'accès à l'Internet, limité pour le moment à un accès bas débit..

Naturellement ceux d’entre nous qui souhaiteraient simplement téléphoner et ne sont pas intéressés par les services internet ne seront pas tenus d’utiliser leur accès à cette fin comme cela est déjà le cas sur les lignes RTC actuelle qui autorisent la mise en place d’un modem à 56 Kbps pour les lignes résidentielle et des équipements à 128Kbps pour les lignes entreprises.